ACABA DE PASAR

…La peinture des fleurs relevait déjà de la même recherche de l’infini,
quelque chose qui serait pour toujours une tentation et une témérité.
L’infini des fleurs la conduisit, sans presque s’en rendre compte, à
l’infini du regard, car, un jour, en tentant de peindre une fleur, elle vit
apparaître un visage . C’est ainsi que les couleurs vertes et rouges qui
prédominaient dans les fleurs dominent dans le premier des visages par
lequel elle inaugurait réellement, sans le savoir, une longue série..…

Maria Lluisa Borras • Acaba de pasar • 1997